La médecine

Accueil arrow Cours de cardiologie arrow Angine de poitrine
Angine de poitrine Suggérer par mail

01Angor stable d’effort

–  Cinq facteurs de risque principaux et indépendants sont en cause dans la pathologie de l’athérosclérose : hypercholestérolémie, HTA, tabagisme, diabète, hérédité coronarienne.

–  L’hypercholestérolémie et le tabagisme sont prépondérants dans le développement de l’athérome coronaire.
–  L’HTA est un facteur de risque prépondérant dans les AVC (athérome carotidien)

–  Le tabac et le diabète sont prépondérants dans le développement des artériopathies des membres inférieurs.

–  Le traitement diététique et/ou médicamenteux est susceptible de faire régresser les lésions athéromateuses.

–  La fumée du tabac à un effet toxique direct sur les cellules endothéliales ; elle déclenche la dysfonction endothéliales, l’oxydation des LDL et la production de NO. Il est aussi thrombogène par activation de la libération de la thromboxane A2 par les plaquettes.

–  L’athérosclérose est plus précoce chez les diabétiques ; elle est aussi plus fréquente et plus grave.

–  Les seuils d’intervention (pour la prévention primaire) sont des seuils de LDL-cholestérol > 2,2 g/L lorsqu’il n’existe pas d’autre facteur de risque.

–  La première étape de la prise en charge est la prescription de règles hygiéno-diététiques pendant 3 mois. Si inefficaces seuls, il faut ajouter de la statine.

–  Activité sportive modérée et régulière ® k du HDL-cholestérol.

02Angor stable d’effort

Parfois la douleur est remplacée par un blocage respiratoire qui freine brutalement le patient dès qu’il accélère le pas (c’est la classique blockpnée d’effort). NB : Important : 7 épisodes sur 10 sont asymptomatiques chez le coronarien
–  ECG intercritique : normal dans plus de 50% des cas. Quand il est pathologique, on peut observer : ischémie sous-épicardique (inversion de l’onde T), lésion sous-endocardique (sous-décalage du segment ST)
–  Classification de l’angor d’effort de la SCC (société canadienne de cardiologie)
˜                 Classe 1 : les douleurs n’apparaissent que pour des efforts importants, brutaux ou prolongés
˜                 Classe 2 : angor entraînant une diminution modérée de l’activité quotidienne : la marche rapide, monter rapide d’escalier, marcher ou monter les escaliers après un séjour dans le froid, à contre vent…
˜                 Classe 3 : limitation importante de l’activité ordinaire, marcher 2 pâtés de maison sur un plan horizontal ou monter un étage dans les conditions normales. 

03Angor instable

Il est dû à un remaniement brutal au niveau d’une plaque athéromateuse Þ développement d’une thrombose non occlusive à la quelle s’associe souvent un vasospasme. C’est un état à fort potentiel évolutif ; risque élevé d’IDM.

–  C’est une crise angineuse ayant au moins l’une des caractéristiques suivantes : survient au repos, est prolongée (> 20 min en l’absence de prise de trinitrine) ; est d’apparition récente (1 un mois) et sévère (au moins classe III) ; angor crescendo ou aggravé.

–  L’ECG est normal 8 fois sur 10 (en dehors de la crise). Une ischémie sous épicardique peut être observée (onde T négative, pointue et symétrique) ; parfois lésions sous endocardique (sous décalage du segment ST).

–  La troponine ne s’élève pas (sinon on parle d’infarctus sans onde Q).

–  La pseudo normalisation d’une ischémie sous-épicardique n’est pas un signe d’amélioration mais au contraire d’évolution persistante.

–  L’angor instable réalise 3 tableaux cliniques :

˜  L’angor de repos : la prudence est la règle et la surveillance aux soins intensifs est souhaitable.

˜  Les reprises angineuses après un IDM aigu dans les 3 semaines qui suivent l’épisode initial (menace d’extension).

˜  Angor d’effort de novo : c’est l’apparition depuis moins de 1 mois d’une angine de poitrine sévère, il se manifeste souvent de jour au lendemain pour des efforts d’emblée modeste.    

˜  L’angor crescendo : rupture de rythme d’un angor stable ancien par la modification brutale et rapide la symptomatologie ; associant modification des circonstances d’apparition (efforts minimes) ; modification des caractères de la douleurs (intensité k ; irradiation nouvelle ; durée k)
 

 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous

. La-médecine.infoon
  • Gastrite érosive aiguë
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Les causes comprennent les médicaments (spécialement les AINS, anti-inflammatoires-non stéroïdiens), l'alcool et les stress aigus survenant chez les patients en état critique. Les causes moins fréquentes comprennent la radiothérapie, les infections virales (p. ex. cytomégalovirus), les lésions vasculaires et les lésions traumatiques directes (p. ex. sondes naso-gastriques).
  • Ulcère gastroduodénal
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Segment excorié de la muqueuse digestive, typiquement dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans les premiers centimètres du duodénum (ulcère duodénal), qui pénètre à travers la muqueuse musculaire. L'ulcère peut avoir un diamètre variable de quelques millimètres à quelques centimètres.
  • Echocardiographie
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    L'échocardiographie est une technique ultrasonique destinée au diagnostic des maladies cardiovasculaires. Elle est subdivisée en différents types : le mode M, bidimensionnel (2D), le Doppler spectral, le Doppler couleur, de contraste et l'échographie d'effort.
  • Diarrhée -bis-
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Augmentation de fréquence de la défécation, du contenu en liquides ou du volume des selles.
    Dans les sociétés occidentales, le poids des selles d'un adulte sain est de 100-300 g/j, en tenant compte de la quantité de matière non absorbable contenue dans le régime (principalement les hydrates de carbone).
  • Hémorragie digestive
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Extériorisation du sang par des vomissements (hématémèse), de sang rouge par l'anus (rectorragie), l'évacuation de selles noirâtres (méléna), ou le saignement chronique occulte du tube digestif. Une hémorragie digestive peut prendre naissance à un niveau quelconque du tube digestif, depuis la bouche jusqu'à l'anus et être visible ou occulte.