La médecine

Accueil arrow Cours de gastro-enterologie arrow Oesophage Généralités : physiologie, symptômes et moyens d'exploration
Oesophage Généralités : physiologie, symptômes et moyens d'exploration Suggérer par mail

01Connaître succinctement l’anatomie fonctionnelle de l’œsophage

L’œsophage est un organe tubulaire musculo-membraneux, revêtu d’un épithélium malpighien. Sa longueur est d'environ 25 cm. Il comporte : a) un sphincter supérieur constitué de fibres musculaires striées, issues principalement du muscle crico-pharyngien, b) un corps comportant deux couches musculaires (circulaire interne et longitudinale externe), constituées de fibres musculaires striées au niveau de l'oesophage proximal et de fibres musculaires lisses dans les deux tiers distaux, c) un sphincter oesophagien inférieur (SIO) qui est un épaississement musculaire du bas oesophage sur environ 4 cms.
 
Sa structure musculaire, son innervation extrinsèque (pneumogastriques) et intrinsèque (plexus nerveux autonome) permettent la propulsion des aliments du pharynx vers l’estomac, le corps de l'oesophage ayant comme seule fonction d'assurer le transit des composants du repas jusque dans l'estomac. Le SIO est l'élément principal de la barrière antireflux s’opposant au reflux du contenu gastrique.

02Connaître l’organisation schématique de la motricité œsophagienne

- A l’état de repos, l’œsophage est vide d’air ou de liquide et n’est animé d’aucune contraction. Il est fermé à ses deux extrémités grâce à la contraction tonique de ses sphincters, ce qui protège à la fois les voies aériennes supérieures et le bas œsophage d’un reflux.
- Au moment de la déglutition, immédiatement après le relâchement du sphincter supérieur de l’œsophage (SSO) qui correspond à la bouche de Killian décrite par les endoscopistes, une onde péristaltique parcourt l’œsophage de haut en bas à la vitesse de 3 à 4 cm/s (péristaltisme primaire). Le SIO se relâche avant même que l’onde péristaltique ne l’ait atteint. Cette relaxation est suivie par une contraction qui prolonge l’onde péristaltique.
- Le contrôle de la motricité œsophagienne fait intervenir de façon coordonnée des muscles striés (partie haute de l’œsophage) et des muscles lisses pour assurer l’alternance des phases d’ouverture et de fermeture des sphincters et la progression de la contraction péristaltique. La séquence péristaltique est sous la dépendance des pneumogastriques ainsi que de l’innervation intrinsèque. Elle semble obéir à une programmation centrale au niveau bulbo-protubérantiel (centre de la déglutition).
- En dehors des déglutitions, des relaxations spontanées (ou transitoires) du SIO existent. Elles sont notamment déclenchées par la distension du fundus gastrique via un reflexe vago-vagal. Chez le sujet sain, elles représentent le mécanisme principal à l'origine du reflux gastro-oesophagien acide physiologique. Ces relaxations transitoires du SIO sont également la traduction manométrique de l'éructation.

03Enumérer les principaux signes d’appel vers une maladie œsophagienne

Ce sont : la dysphagie, les régurgitations (remontées acides et/ou alimentaires survenant sans effort et sans nausée à distinguer du vomissement, du mérycisme [rumination] et de la pituite [rejet d’un mélange filant, alcalin de salive et de liquide gastrique]), le pyrosis (brûlure traçante ascendante rétrosternale) souvent associé à une sensation d’aigreur, les éructations, les brûlures épigastriques, une hémorragie digestive extériorisée ou une anémie microcytaire hyposidérémique. Il peut aussi s’agir de signes extra-digestifs tels que des douleurs thoraciques de type angineux, de symptômes respiratoires post-prandiaux ou nocturnes (toux, dyspnée asthmatiforme...) et de symptômes ORL divers (enrouement, pharyngites à répétition, dysesthésies bucco-pharyngées).


 

 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous

. La-médecine.infoon
  • Gastrite érosive aiguë
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Les causes comprennent les médicaments (spécialement les AINS, anti-inflammatoires-non stéroïdiens), l'alcool et les stress aigus survenant chez les patients en état critique. Les causes moins fréquentes comprennent la radiothérapie, les infections virales (p. ex. cytomégalovirus), les lésions vasculaires et les lésions traumatiques directes (p. ex. sondes naso-gastriques).
  • Ulcère gastroduodénal
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Segment excorié de la muqueuse digestive, typiquement dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans les premiers centimètres du duodénum (ulcère duodénal), qui pénètre à travers la muqueuse musculaire. L'ulcère peut avoir un diamètre variable de quelques millimètres à quelques centimètres.
  • Echocardiographie
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    L'échocardiographie est une technique ultrasonique destinée au diagnostic des maladies cardiovasculaires. Elle est subdivisée en différents types : le mode M, bidimensionnel (2D), le Doppler spectral, le Doppler couleur, de contraste et l'échographie d'effort.
  • Diarrhée -bis-
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Augmentation de fréquence de la défécation, du contenu en liquides ou du volume des selles.
    Dans les sociétés occidentales, le poids des selles d'un adulte sain est de 100-300 g/j, en tenant compte de la quantité de matière non absorbable contenue dans le régime (principalement les hydrates de carbone).
  • Hémorragie digestive
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Extériorisation du sang par des vomissements (hématémèse), de sang rouge par l'anus (rectorragie), l'évacuation de selles noirâtres (méléna), ou le saignement chronique occulte du tube digestif. Une hémorragie digestive peut prendre naissance à un niveau quelconque du tube digestif, depuis la bouche jusqu'à l'anus et être visible ou occulte.