La médecine

Maladie de Crohn Suggérer par mail

01Préciser le terrain et les localisations digestives les plus fréquents

La maladie de Crohn est une affection inflammatoire chronique de cause inconnue qui peut atteindre tous les segments du tube digestif, mais le plus souvent l’iléon et le côlon, et à un moindre degré la région de l’anus (Figure).
La maladie de Crohn touche environ un habitant sur 1000 en France, un peu plus les femmes que les hommes. La maladie peut survenir à tout âge, mais le pic de fréquence est observé chez les adultes jeunes entre 20 et 30 ans.
Le fait de fumer et/ou d'être porteur de mutations de gènes de susceptibilité de la maladie (essentiellement NOD2/CARD15sur le chromosome 16) accroît le risque de développer la maladie. 
Les lésions sont habituellement segmentaires, asymétriques, et les localisations séparées par des zones saines. Les localisations iléales, coliques ou iléocoliques et anopérinéales représentent 95 % des cas.

02Décrire l’aspect caractéristique, endoscopique et anatomo-pathologique des lésions

A l’examen endoscopique les lésions sont principalement des ulcérations muqueuses : aphtoïdes (de 1 à quelques millimètres), linéaires ou en carte de géographie, superficielles ou profondes (fissures), des pseudopolypes et parfois des sténoses et/ou des fistules.
A l’examen d’une pièce opératoire, outre les ulcérations plus ou moins profondes, le quadrillage par des fissures d’une muqueuse boursouflée lui donne un aspect pavé. La paroi intestinale est épaissie (car l’inflammation peut affecter toute la paroi) et les mésos sont le siège d’une scléro-lipomatose.
A l’examen microscopique des biopsies ou d’une pièce opératoire, on trouve une infiltration lympho-plasmocytaire souvent sous forme de nodules lymphoïdes. Il existe presque une fois sur deux des granulomes épithélioïdes et gigantocellulaires qui sont très évocateurs de l’affection. Les fistules et les abcès sont fréquents.

03Décrire les signes cliniques, digestifs et extra-digestifs

Les signes cliniques digestifs de la maladie de Crohn sont la diarrhée, les douleurs abdominales, des manifestations anales et péri-anales (fissures, abcès, fistules), parfois la perception d’une masse abdominale. Les signes généraux sont la fièvre, la perte de poids (ou le retard de croissance) et l’altération de l’état général. Les manifestations extra-intestinales les plus fréquentes sont les atteintes ostéo-articulaires (arthralgies, arthrites), cutanéo-muqueuses (érythème noueux, ulcérations buccales) et oculaires (uvéites).

04Décrire les signes radiologiques élémentaires

Les anomalies radiologiques de la maladie de Crohn sont segmentaires et asymétriques par rapport à l’axe de l’intestin ; elles résultent de l’association d’une rigidité et/ou d'un épaississement des parois de rétrécissements, d’ulcérations et d’un aspect nodulaire de la muqueuse. Il peut en résulter des aspects de pavage, des images de fissures et de fistules ainsi que des sténoses.

05Connaître les principes du diagnostic de la maladie de Crohn

Le diagnostic de maladie de Crohn est évoqué sur des éléments cliniques (3.4.3.) souvent associés à des perturbations biologiques (syndrome inflammatoire, carence en fer). L’association du contexte clinique et biologique et de certains aspects radiologiques caractéristiques de l’intestin grêle apportent parfois en pratique une quasi-certitude diagnostique. Le plus souvent néanmoins, les éléments histologiques (biopsies réalisées pendant une endoscopie oeso-gastro-duodénale ou une iélo-coloscopie, éventuelles pièces opératoires) apportent la confirmation du diagnostic.
Lorsque la présentation clinique initiale de la maladie de Crohn est une diarrhée, parfois de début aigu, il ne faut pas tarder à réaliser les examens morphologiques nécessaires au diagnostic (endoscopie, transit baryté du grêle), surtout quand existent une perte de poids, un syndrome inflammatoire biologique, une carence martiale ou lorsque la diarrhée est hémorragique (sang visible dans les selles ou présence de leucocytes et/ou d’hématies à la coproculture et/ou à l’examen parasitologique des selles).
 
 

 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous

. La-médecine.infoon
  • Gastrite érosive aiguë
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Les causes comprennent les médicaments (spécialement les AINS, anti-inflammatoires-non stéroïdiens), l'alcool et les stress aigus survenant chez les patients en état critique. Les causes moins fréquentes comprennent la radiothérapie, les infections virales (p. ex. cytomégalovirus), les lésions vasculaires et les lésions traumatiques directes (p. ex. sondes naso-gastriques).
  • Ulcère gastroduodénal
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Segment excorié de la muqueuse digestive, typiquement dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans les premiers centimètres du duodénum (ulcère duodénal), qui pénètre à travers la muqueuse musculaire. L'ulcère peut avoir un diamètre variable de quelques millimètres à quelques centimètres.
  • Echocardiographie
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    L'échocardiographie est une technique ultrasonique destinée au diagnostic des maladies cardiovasculaires. Elle est subdivisée en différents types : le mode M, bidimensionnel (2D), le Doppler spectral, le Doppler couleur, de contraste et l'échographie d'effort.
  • Diarrhée -bis-
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Augmentation de fréquence de la défécation, du contenu en liquides ou du volume des selles.
    Dans les sociétés occidentales, le poids des selles d'un adulte sain est de 100-300 g/j, en tenant compte de la quantité de matière non absorbable contenue dans le régime (principalement les hydrates de carbone).
  • Hémorragie digestive
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Extériorisation du sang par des vomissements (hématémèse), de sang rouge par l'anus (rectorragie), l'évacuation de selles noirâtres (méléna), ou le saignement chronique occulte du tube digestif. Une hémorragie digestive peut prendre naissance à un niveau quelconque du tube digestif, depuis la bouche jusqu'à l'anus et être visible ou occulte.