La médecine

Grossesse extra-utérine Suggérer par mail
Grossesse qui s'implante hors de l'endomètre et de la cavité endométriale ; c.-à-d. au niveau du col, de la trompe utérine, de l'ovaire ou de la cavité abdominale ou pelvienne. L'incidence (1/100 à 1/200 grossesses diagnostiquées) est en croissance et est supérieure chez les femmes non blanches.
La probabilité de grossesse extra-utérine croît avec des antécédents de pathologie tubaire, de grossesse ectopique (10 à 25 %), d'exposition au diéthylstilbestrol ou d'avortement provoqué. Le risque de grossesse (y compris de grossesse extra-utérine) est faible avec un dispositif intra-utérin en place ; néanmoins, en cas de grossesse, le risque de grossesse extra-utérine est plus important que la normale.
La trompe de Fallope représente la localisation la plus fréquente des grossesses ectopiques. Dans 50 % des cas, des antécédents d'infection tubaire sont responsables de l'implantation tubaire. Les grossesses cervicales, ovariennes et abdominales sont rares. Le taux de mortalité par grossesse ectopique a chuté, mais beaucoup moins rapidement que le taux de mortalité maternelle en général. Aux USA, il est estimé à 1/826. Une grossesse extra-utérine non traitée est habituellement fatale.

01Symptomatologie et diagnostic

Au cours des grossesses ectopiques, les pertes de sang et les douleurs à type de crampes commencent habituellement peu de temps après le retard de règles. Les symptômes sont semblables à ceux d'une menace d'avortement. Une hémorragie tubaire évolutive provoque douleur et pression pelvienne ; une hémorragie soudaine causée par la rupture d'une trompe de Fallope peut être à l'origine d'une hypotension ou d'un choc. Souvent, une hémorragie utérine précède les douleurs à type de crampes et l'hémorragie tubaire.
L'examen clinique permet de mettre en évidence des signes d'hémorragie interne, de choc et d'irritation péritonéale hypogastrique qui peut être latéralisée. A l'examen pelvien, le volume de l'utérus paraît augmenté (mais peu par rapport au terme), le col est sensible à la mobilisation, et une masse douloureuse peut être perçue dans une annexe. Le cul-de-sac peut bomber. Si une grossesse ectopique n'est pas détectée pendant les 6 à 8 premières semaines, une douleur hypogastrique soudaine et intense peut survenir, suivie d'une perte de connaissance. Ces symptômes correspondent fréquemment à une rupture de la trompe avec hémorragie intra-abdominale.
Les grossesses interstitielles (dans la corne utérine) se maintiennent plus longtemps car la paroi utérine est solide et retarde la rupture. L'utérus est habituellement asymétrique et un peu sensible lors de l'examen. Les signes habituels sont des crampes et des pertes de sang. Les grossesses dans la corne utérine se rompent entre la 12e et la 16e semaine, et la rupture est souvent catastrophique avec un choc menaçant la vie ; l'hystérectomie peut être nécessaire.
Si la recherche de b-hCG dans le sang ou les urines est positive et si une grossesse ectopique est suspectée, un examen échographique doit être pratiqué. Dans les cas difficiles, des dosages répétés de la sous-unité b-hCG peuvent être utiles. Au cours d'une grossesse normale, les taux doublent environ toutes les 48 à 72 h ; au cours des grossesses ectopiques, ils peuvent être inférieurs à ceux correspondant à l'âge de la grossesse, et ne présentent habituellement pas un temps de doublement normal. Lorsque le taux de b-hCG atteint 6 500 mUI/ml lors d'une grossesse normale, l'échographie transvaginale ou abdominale permet de mettre en évidence un sac gestationnel dans l'utérus ; un utérus vide est très évocateur de grossesse ectopique. Si, de plus, une masse peut être repérée dans l'annexe, le diagnostic est probable. Une culdocenthèse peut être utile ; le sang aspiré du cul-de-sac ne coagule habituellement pas. La coelioscopie confirme le diagnostic.

02Traitement

Même si une grossesse tubaire est diagnostiquée avant la rupture, le traitement est habituellement chirurgical. Néanmoins, si aucune rupture tubaire n'a été observée, si le diamètre de l'oeuf est < 3,5 cm et si aucune activité cardiaque foetale n'est détectée, un traitement médical par le méthotrexate, 50 mg/m2 IM en prise unique peut être prescrit. La surveillance basée sur le dosage de la b-hCG et une échographie est obligatoire. Une intervention chirurgicale est nécessaire dans environ 10-30 % des cas.
En cas d'intervention chirurgicale, tous les efforts visent à la conservation de la trompe grâce à une salpyngotomie et à une évacuation des produits de la grossesse, avec ou sans reconstruction de la trompe. La laparoscopie en utilisant l'électrochirurgie ou le laser peut permettre une salpyngotomie réussie, sans laparotomie dans la majorité des cas. Si une portion de la trompe doit être réséquée, la résection doit être aussi limitée que possible. Une chirurgie réparatrice ultérieure de la trompe peut permettre d'envisager une nouvelle grossesse. En cas de grossesse interstitielle, la trompe et l'ovaire concernés peuvent habituellement être sauvés ; une chirurgie réparatrice de l'utérus peut être réalisée, mais une reconstruction de la trompe peut être nécessaire. Dans de rares cas, la réfection chirurgicale est impossible et une hystérectomie doit être pratiquée.
Référence msd-france.com
 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous

. La-médecine.infoon
  • Gastrite érosive aiguë
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Les causes comprennent les médicaments (spécialement les AINS, anti-inflammatoires-non stéroïdiens), l'alcool et les stress aigus survenant chez les patients en état critique. Les causes moins fréquentes comprennent la radiothérapie, les infections virales (p. ex. cytomégalovirus), les lésions vasculaires et les lésions traumatiques directes (p. ex. sondes naso-gastriques).
  • Ulcère gastroduodénal
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Segment excorié de la muqueuse digestive, typiquement dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans les premiers centimètres du duodénum (ulcère duodénal), qui pénètre à travers la muqueuse musculaire. L'ulcère peut avoir un diamètre variable de quelques millimètres à quelques centimètres.
  • Echocardiographie
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    L'échocardiographie est une technique ultrasonique destinée au diagnostic des maladies cardiovasculaires. Elle est subdivisée en différents types : le mode M, bidimensionnel (2D), le Doppler spectral, le Doppler couleur, de contraste et l'échographie d'effort.
  • Diarrhée -bis-
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Augmentation de fréquence de la défécation, du contenu en liquides ou du volume des selles.
    Dans les sociétés occidentales, le poids des selles d'un adulte sain est de 100-300 g/j, en tenant compte de la quantité de matière non absorbable contenue dans le régime (principalement les hydrates de carbone).
  • Hémorragie digestive
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Extériorisation du sang par des vomissements (hématémèse), de sang rouge par l'anus (rectorragie), l'évacuation de selles noirâtres (méléna), ou le saignement chronique occulte du tube digestif. Une hémorragie digestive peut prendre naissance à un niveau quelconque du tube digestif, depuis la bouche jusqu'à l'anus et être visible ou occulte.