La médecine

Accueil arrow Cours de gynécologie obstétrique arrow Hémorragie du post-partum
Hémorragie du post-partum Suggérer par mail
Pertes de sang > 500 ml pendant ou après la 33e période du travail. Après les infections, les hémorragies du post-partum représentent la cause principale de mortalité maternelle. Les causes sont variables, la plupart peuvent être évitées.
Les hémorragies de la zone d'insertion placentaire sont associées à un utérus atonique, conséquence d'une surdistension, d'un travail prolongé ou inefficace, d'une grande multiparité ou d'une anesthésie myorelaxante. L'hémorragie peut aussi être due à des dilacérations, à la rétention de produits de conception, ou à une hypofibrinogénémie. Les hémorragies du post-partum dues à la subinvolution de la zone d'insertion placentaire surviennent précocement, mais elles peuvent apparaître aussi tardivement que 1 mois après l'accouchement.

**Traitement

Le traitement, comme pour les infections, est avant tout préventif. La correction de l'anémie avant l'accouchement ; la reconnaissance des fibromes utérins, de l'hydramnios, ou d'une grossesse multiple ; la découverte d'un groupe sanguin rare, et d'antécédents d'hémorragie du post-partum sont utiles. Un accouchement pratiqué sans hâte, avec de nombreuses précautions et des interventions réduites au minimum est toujours préférable. Après le décollement du placenta, une injection IM de 10 UI d'ocytocine ou une perfusion d'ocytocine diluée (10 ou 20 U/1 000 ml à 100-125 ml/h pour 1-2 h) assure une bonne rétraction utérine et réduit l'inévitable perte de sang. L'intégrité du placenta doit être soigneusement contrôlée. S'il est incomplet, l'utérus devra être exploré manuellement et les fragments manquants retrouvés. Si le placenta ne se décolle pas spontanément pendant les 45 à 60 min qui suivent l'accouchement , une délivrance utérine manuelle est conseillée. Un curetage est plus rarement nécessaire pour évacuer des fragments placentaires infectés et la caduque. Les contractions utérines et l'importance des hémorragies vaginales doivent être surveillées pendant 1 h après la fin de la 3e période du travail.
En cas d'hémorragie, un massage utérin bimanuel et une perfusion IV d'ocytocine sont nécessaires. En cas de persistance de l'hémorragie, une transfusion doit être mise en place et l'utérus doit être exploré à la recherche de déchirures ou de rétention de débris. Le col et le vagin doivent être aussi examinés. Des injections intramyométriales de carboprost trométhamine 250 mg peuvent être administrées si l'hémorragie persiste pendant l'administration d'ocytocine. Si une bonne rétraction ne peut être obtenue sur un utérus atone réfractaire, une ligature des artères hypogastriques ou une hystérectomie peuvent être nécessaires.
Référence msd-france.com
 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous

. La-médecine.infoon
  • Gastrite érosive aiguë
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Les causes comprennent les médicaments (spécialement les AINS, anti-inflammatoires-non stéroïdiens), l'alcool et les stress aigus survenant chez les patients en état critique. Les causes moins fréquentes comprennent la radiothérapie, les infections virales (p. ex. cytomégalovirus), les lésions vasculaires et les lésions traumatiques directes (p. ex. sondes naso-gastriques).
  • Ulcère gastroduodénal
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Segment excorié de la muqueuse digestive, typiquement dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans les premiers centimètres du duodénum (ulcère duodénal), qui pénètre à travers la muqueuse musculaire. L'ulcère peut avoir un diamètre variable de quelques millimètres à quelques centimètres.
  • Echocardiographie
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    L'échocardiographie est une technique ultrasonique destinée au diagnostic des maladies cardiovasculaires. Elle est subdivisée en différents types : le mode M, bidimensionnel (2D), le Doppler spectral, le Doppler couleur, de contraste et l'échographie d'effort.
  • Diarrhée -bis-
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Augmentation de fréquence de la défécation, du contenu en liquides ou du volume des selles.
    Dans les sociétés occidentales, le poids des selles d'un adulte sain est de 100-300 g/j, en tenant compte de la quantité de matière non absorbable contenue dans le régime (principalement les hydrates de carbone).
  • Hémorragie digestive
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Extériorisation du sang par des vomissements (hématémèse), de sang rouge par l'anus (rectorragie), l'évacuation de selles noirâtres (méléna), ou le saignement chronique occulte du tube digestif. Une hémorragie digestive peut prendre naissance à un niveau quelconque du tube digestif, depuis la bouche jusqu'à l'anus et être visible ou occulte.