La médecine

Accueil arrow Cours de gynécologie obstétrique arrow Troubles de l'orgasme feminin
Troubles de l'orgasme feminin Suggérer par mail
Persistance ou récidive d'un retard ou d'une absence d'orgasme après une phase normale d'excitation de l'activité sexuelle considérée comme adéquate en termes de concentration, d'intensité et de durée. La majeure partie des patientes ont un trouble à la fois de l'excitation sexuelle et de l'orgasme ; dans ces cas, le diagnostic n'est pas une anomalie de l'orgasme.
Les troubles de l'orgasme isolés sont diagnostiqués quand il n'y a pas ou peu de troubles de l'excitation.
Les troubles de l'orgasme peuvent exister pendant toute la vie ou être acquis, être généraux ou liés à une situation particulière. Environ 10 % des femmes n'atteignent jamais l'orgasme quelles que soient la stimulation ou la situation. La majeure partie des femmes peuvent avoir un orgasme par stimulation clitoridienne, mais seulement 50 % environ des femmes parviennent régulièrement à l'orgasme pendant le coït. Quand une femme répond à la stimulation non coïtale du clitoris, mais ne parvient pas à avoir un orgasme pendant le coït, une évaluation sexuelle complète est nécessaire, parfois avec un essai de psychothérapie (individuelle ou de couple), pour juger si l'incapacité à atteindre l'orgasme pendant le coït est une variation normale de la réponse ou si elle est due à une psychopathologie individuelle ou interpersonnelle.
Une fois que la femme a appris à parvenir à l'orgasme, elle ne perd généralement plus cette capacité à moins d'une médiocre communication sexuelle, d'un conflit, d'une expérience traumatique, d'un trouble de l'humeur, ou d'un trouble physique.

01Etiologie

L'étiologie est semblable à celle des troubles de l'excitation sexuelle. En outre, si la fin du rapport sexuel arrive constamment avant l'obtention de l'orgasme féminin (p. ex. à cause de préliminaires inadéquats, d'une mauvaise connaissance de l'anatomie du clitoris et du vagin et de leur fonction, ou à cause d'une éjaculation précoce), il se développe une frustration, qui peut être à l'origine d'autres dysfonctionnements ou même d'aversion sexuelle. Certaines femmes qui ont une congestion correcte peuvent avoir peur « de se laisser aller », spécialement au cours des rapports sexuels. Cette peur peut être due à un sentiment de culpabilité après une expérience plaisante, à la peur de s'abandonner au plaisir qui dépend du partenaire, ou à la peur de perdre le contrôle de la situation.
Les médicaments, en particulier les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, peuvent inhiber l'orgasme. La dépression est une des causes principales de la diminution de l'excitation sexuelle et de l'orgasme, l'état de l'humeur de la patiente doit donc toujours être évalué.

02Traitement

Les troubles physiques doivent être traités. Quand les facteurs psychologiques prédominent une consultation sexologique est utile afin d'extirper ou de réduire les causes ; habituellement, les 2 partenaires doivent participer. Les exercices de focalisation sensorielle à 3 stades de Masters et Johnson, dans lesquels le couple expérimente successivement un plaisir non génital, un plaisir génital puis un coït non désiré, sont en général efficaces chez les femmes indépendamment du niveau de leur inhibition sexuelle. Parfois, une psychothérapie individuelle ou de groupe est utile.
La femme doit connaître la fonction de ses organes sexuels et leurs réactions propres, dont la meilleure méthode de stimulation clitoridienne et d'augmentation des sensations vaginales. Les exercices de Kegel renforcent le contrôle volontaire des muscles pubococcygiens. Le muscle est contracté 10-15 fois, 3 fois/j. En 2 ou 3 mois, le tonus du muscle périvaginal est amélioré, ainsi que la sensation de contrôle de la femme et la qualité de l'orgasme.
Les femmes atteintes d'une inhibition de l'orgasme qui dure depuis toujours doivent être adressées à un psychiatre. Avec chaque patient, le médecin non spécialiste doit limiter le nombre des séances à 6 environ, et adresser les cas complexes à un sexologue ou à un psychiatre.
Référence msd-france.com
 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous

. La-médecine.infoon
  • Gastrite érosive aiguë
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Les causes comprennent les médicaments (spécialement les AINS, anti-inflammatoires-non stéroïdiens), l'alcool et les stress aigus survenant chez les patients en état critique. Les causes moins fréquentes comprennent la radiothérapie, les infections virales (p. ex. cytomégalovirus), les lésions vasculaires et les lésions traumatiques directes (p. ex. sondes naso-gastriques).
  • Ulcère gastroduodénal
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Segment excorié de la muqueuse digestive, typiquement dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans les premiers centimètres du duodénum (ulcère duodénal), qui pénètre à travers la muqueuse musculaire. L'ulcère peut avoir un diamètre variable de quelques millimètres à quelques centimètres.
  • Echocardiographie
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    L'échocardiographie est une technique ultrasonique destinée au diagnostic des maladies cardiovasculaires. Elle est subdivisée en différents types : le mode M, bidimensionnel (2D), le Doppler spectral, le Doppler couleur, de contraste et l'échographie d'effort.
  • Diarrhée -bis-
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Augmentation de fréquence de la défécation, du contenu en liquides ou du volume des selles.
    Dans les sociétés occidentales, le poids des selles d'un adulte sain est de 100-300 g/j, en tenant compte de la quantité de matière non absorbable contenue dans le régime (principalement les hydrates de carbone).
  • Hémorragie digestive
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Extériorisation du sang par des vomissements (hématémèse), de sang rouge par l'anus (rectorragie), l'évacuation de selles noirâtres (méléna), ou le saignement chronique occulte du tube digestif. Une hémorragie digestive peut prendre naissance à un niveau quelconque du tube digestif, depuis la bouche jusqu'à l'anus et être visible ou occulte.