La médecine

Accueil arrow Cours de gynécologie obstétrique arrow Physiologie de la grossesse
Physiologie de la grossesse Suggérer par mail
La grossesse engendre des modifications physiologiques de tous les systèmes organiques qui, pour la plupart, redeviennent normaux après l'accouchement.

01Système cardiovasculaire

Le débit cardiaque (DC) s'élève de 30 à 50 %, dès la 6e semaine de grossesse avec un max entre la 16e et la 28e semaine (habituellement vers la 24e semaine). Le DC reste élevé jusqu'à la 30e semaine, il peut alors diminuer légèrement car l'utérus hypertrophié comprime la veine cave. Pendant le travail, le DC augmente de 30 %. Après l'accouchement, l'utérus se contracte et le DC chute nettement jusqu'à environ 15 à 25 % au-dessus de la normale, le retour au niveau antérieur à la grossesse est progressif au cours des 3 à 4 semaines suivantes, ce niveau n'est atteint que vers la 6e semaine du post-partum. L'élévation du DC est probablement due aux modifications de la circulation utéro-placentaire. Le débit sanguin utérin augmente en fonction des besoins du placenta et du foetus qui se développent. A terme, le débit sanguin utérin est approximativement de 1 l/min soit 20 % du DC normal. L'augmentation considérable du volume de la circulation utéro-placentaire entraîne une augmentation du besoin en sang. De plus, la circulation dans l'espace intervillositaire agit en partie comme un shunt artérioveineux et augmente davantage les besoins en volume sanguin et en DC.
L'augmentation du DC est associée à une augmentation de la fréquence cardiaque de 70 battements/min à 80 ou 90 battements/min et à une augmentation proportionnelle du volume systolique. La PA chute habituellement (avec un élargissement de la différentielle) quand la circulation utéro-placentaire se développe pendant le 2e trimestre, mais peut redevenir normale pendant le 3e trimestre.
L'exercice physique entraîne une élévation du DC, de la fréquence cardiaque, de la consommation d'O2 et du volume respiratoire/min plus accentués pendant la grossesse que pendant le post-partum. La circulation hyperdynamique de la grossesse augmente la fréquence des souffles fonctionnels et accentue les bruits du coeur. La rx et l'ECG peuvent mettre en évidence une horizontalisation, une rotation vers la gauche, et une augmentation du diamètre transversal du coeur. Des extrasystoles auriculaires et ventriculaires sont fréquentes pendant la grossesse. La normalité de ces modifications doit être reconnue pour qu'elles ne soient pas diagnostiquées par erreur comme des cardiopathies ; habituellement ces modifications ne nécessitent que des bonnes paroles. Cependant, les tachycardies auriculaires paroxystiques sont plus fréquentes chez la femme enceinte et peuvent imposer une digitalisation préventive.

02Sang

Le volume sanguin augmente proportionnellement au DC, mais l'augmentation du volume plasmatique est supérieure (près de 50 %) à celle de la masse des GR (près de 25 %), et le taux de l'Hb peut chuter par dilution, de 13,3 à 12,1 g. La numération leucocytaire (normalement de 5 000 à 7 000/ml) s'élève légèrement à 9 000 et 12 000/ml. La masse leucocytaire totale doit aussi augmenter afin de remplir le volume sanguin. La raison de cette hyperleucocytose est inconnue. Une hyperleucocytose importante (  20 000/ml) peut être observée pendant le travail et les premiers jours du post-partum.
Les besoins en fer augmentent pour un total d'environ 1 g pendant la grossesse et deviennent plus importants pendant la 2e moitié de la grossesse, 6 à 7 mg/j. Le foetus et le placenta consomment environ 300 mg de fer et l'augmentation de la masse érythrocytaire maternelle requiert 500 mg supplémentaires. La quantité de fer excrétée est de 200 mg. Une supplémentation en fer est nécessaire car la quantité de fer apportée par l'alimentation, plus celle absorbée à partir des réserves (en moyenne 300 à 500 mg) ne suffit habituellement pas à satisfaire les besoins de la grossesse.

03Système urinaire

Les variations de la fonction rénale sont parallèles à celles de la fonction cardiaque. La filtration glomérulaire croît de 30 à 50 %, avec un pic entre la 16e et la 24e semaine de grossesse suivi d'un plateau pratiquement jusqu'au terme, elle baisse alors discrètement du fait de la stase positionnelle due à la pression exercée sur la veine cave. Le débit rénal plasmatique s'élève proportionnellement. L'augmentation de la fonction rénale entraîne une chute du taux d'urée sanguine audessous de 10 mg/dl (< 3,6 mmol urée/l), ainsi qu'une chute du taux de créatinine jusqu'à 0,7 mg/dl (62 mmol/l). Les uretères sont très dilatés du fait des influences hormonales (principalement la progestérone) et d'un reflux dû à la pression exercée par l'utérus gravide sur les uretères.
La fonction rénale, comme la fonction cardiaque, est très sensible aux changements de position pendant la grossesse. Normalement, la fonction rénale augmente en position couchée, et baisse en station debout ; ces différences sont accentuées pendant la grossesse. De plus, les fonctions rénale et cardiaque augmentent sensiblement en décubitus latéral, car cette position soulage la pression exercée par l'utérus gravide sur les gros vaisseaux lorsque la femme est couchée sur le dos, entraînant une stase des membres inférieurs. Cette augmentation positionnelle de la fonction rénale permet d'expliquer la sensation de besoins plus fréquents d'uriner pendant le sommeil au cours de la grossesse.

04Système respiratoire

Les variations de la fonction pulmonaire pendant la grossesse sont partiellement dues au stimulus hormonal de la progestérone et aussi aux problèmes positionnels engendrés par l'utérus hypertrophié. Le volume courant, la fréquence respiratoire, la ventilation minute, et la consommation d'O2 et le pH plasmatique augmentent ; les réserves inspiratoire et expiratoire, le volume et la capacité résiduelles et la Pco2 plasmatique diminuent. La capacité vitale et la Po2 plasmatique ne varient pas. La circonférence thoracique augmente d'environ 10 cm. Une hyperémie considérable et un important oedème des voies respiratoires peuvent être observés. Parfois, une obstruction nasopharyngée symptomatique, une rhinite, un blocage transitoire des trompes d'Eustache et une modification du ton et de la qualité de la voix peuvent être observés. Une dyspnée discrète à l'effort est constamment notée, et les respirations profondes deviennent plus fréquentes.
Physiologie gastro-intestinale et hépato-biliaire : au cours de la grossesse, la pression de l'utérus hypertrophié contre le rectum et la partie inférieure du côlon peut provoquer une constipation. De plus, la motilité gastro-intestinale décroît, car les taux élevés de progestérone relâchent les muscles lisses. Les régurgitations acides et les éructations sont fréquentes, peut être du fait du retard du temps de vidange gastrique et du reflux de liquides gastriques dû au relâchement du sphincter oesophagien inférieur et de l'orifice oesophagien du diaphragme. Les ulcères gastroduodénaux sont rares pendant la grossesse, et les ulcères préexistants peuvent même être améliorés ; la sécrétion d'HCl est réduite. L'incidence des affections vésiculaires est un peu augmentée ; les femmes qui ont été enceintes présentent davantage de problèmes vésiculaires que celles qui ne l'ont pas été. La grossesse a un effet nocif subtil sur la fonction hépatique, en particulier sur la vésicule. Les tests de la fonction hépatique effectués en routine sont normaux, mais les taux de la phosphatase alcaline augmentent progressivement au cours du 3e trimestre et peuvent être 2 ou 3 fois supérieurs à la normale au terme de la grossesse ; l'augmentation est due à la production placentaire de cette enzyme plutôt qu'à un dysfonctionnement hépatique.

04Système endocrinien

La grossesse modifie la fonction de la plupart des glandes endocrines, en partie parce que le placenta produit des hormones et que la plupart des hormones circulent sous des formes liées à des protéines, la fixation protéique augmentant pendant la grossesse. Le placenta sécrète aussi une hormone (identique à la TSH) qui stimule la fonction thyroïdienne. Les examens thyroïdiens mettent en évidence un hyperfonctionnement simulant une hyperthyroïdie, et une symptomatologie caractéristique de cet état est fréquemment observée ; tachycardie, palpitations, hypersudation, instabilité émotionnelle, et hypertrophie du corps de la thyroïde. Cependant, une authentique hyperthyroïdie peut être observée dans 0,08 % des cas de grossesse. Le placenta peut aussi produire une variété d'ACTH qui stimule la fonction de la glande surrénale. Le taux des hormones surrénaliennes augmente, cet accroissement étant probablement responsable des stries cutanées roses décrites comme des « vergetures » et contribuant à l'oedème. L'augmentation des taux de glucocorticoïdes, d'oestrogènes et de progestérone modifie le métabolisme du glucose et accroît les besoins en insuline, tout comme le stress de la grossesse ainsi peutêtre que l'élévation du taux de lactogène placentaire humain. L'insulinase, fabriquée par le placenta, peut aussi augmenter les besoins en insuline, de sorte que les patientes en état prédiabétique subissent souvent une décompensation vers une forme plus manifeste du diabète (voir grossesse et diabète). Le placenta sécrète une MSH qui stimule la pigmentation cutanée et la hCG, une hormone trophique dont les fonctions sont équivalentes à celles de la FSH et de la LH, maintenant le corps jaune et empêchant ainsi une ovulation.

04Peau

Le chloasma (masque de grossesse), taches de pigmentation brune, apparaît sur le front et les éminences malaires. Souvent, l'aréole mammaire se pigmente davantage et une ligne noire apparaît sur la partie médiane inférieure de l'abdomen. L'incidence des angiomes stellaires (en général uniquement au-dessus de la taille) ainsi que celle des capillaires dilatés à parois fines (en particulier au niveau des jambes) croît également.
Référence msd-france.com


 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous

. La-médecine.infoon
  • Gastrite érosive aiguë
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Les causes comprennent les médicaments (spécialement les AINS, anti-inflammatoires-non stéroïdiens), l'alcool et les stress aigus survenant chez les patients en état critique. Les causes moins fréquentes comprennent la radiothérapie, les infections virales (p. ex. cytomégalovirus), les lésions vasculaires et les lésions traumatiques directes (p. ex. sondes naso-gastriques).
  • Ulcère gastroduodénal
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Segment excorié de la muqueuse digestive, typiquement dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans les premiers centimètres du duodénum (ulcère duodénal), qui pénètre à travers la muqueuse musculaire. L'ulcère peut avoir un diamètre variable de quelques millimètres à quelques centimètres.
  • Echocardiographie
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    L'échocardiographie est une technique ultrasonique destinée au diagnostic des maladies cardiovasculaires. Elle est subdivisée en différents types : le mode M, bidimensionnel (2D), le Doppler spectral, le Doppler couleur, de contraste et l'échographie d'effort.
  • Diarrhée -bis-
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Augmentation de fréquence de la défécation, du contenu en liquides ou du volume des selles.
    Dans les sociétés occidentales, le poids des selles d'un adulte sain est de 100-300 g/j, en tenant compte de la quantité de matière non absorbable contenue dans le régime (principalement les hydrates de carbone).
  • Hémorragie digestive
    Aperçu rapide | Lire la suite...
    Extériorisation du sang par des vomissements (hématémèse), de sang rouge par l'anus (rectorragie), l'évacuation de selles noirâtres (méléna), ou le saignement chronique occulte du tube digestif. Une hémorragie digestive peut prendre naissance à un niveau quelconque du tube digestif, depuis la bouche jusqu'à l'anus et être visible ou occulte.